Réveil

 

Réveil

dans la douceur d’un rêve…

 .

Rythme de piétinements

craquement du bois mort

des odeurs surtout

celle de la pierre éclatée

de la glèbe humide

celle plus mouvante de l’amour

et puis ce goût d’un baiser de fruit

d’enfant          de femme peut-être…

..

Réveil un peu mou

dans le coton de l’aurore.

Le moindre bruit relie.

Quelques mesures de pluie

ou ce cri nu d’une gorge inconnue

tout est prétexte à la rêverie.

 ..

Lourdeur des membres.

On reste captif des lambeaux de nuit.

Il pleut.

.

Courte rupture d’avec le monde.

Révolte contre l’inachevé

d’hier et d’ailleurs

révolte contre le temps et ses corrosions

révolte contre les égarements de l’absente.

.

Un matin doux

où l’âme se repose encore

et tarde à s’attacher.

6 réponses sur “Réveil”

  1. Air-pur dit :

    Il se passe toujours plein de choses au moment du réveil. Le dernier tercet est magnifique: chaque matin est une réincarnation.

  2. Frangine dit :

    Un réveil aussi alangui fait penser à une grasse matinée. Joli, joli.
    « Révolte contre l’inachevé d’hier et d’ailleurs », j’ai souri à ce petit détail qui me ressemble furieusement, le matin, au réveil.

  3. Elisa-R dit :

    C’est ma quatrième ou cinquième lecture. Je passe, j’écoute et je ne trouve rien à dire d’utile. Hier soir, j’ai pensé qu’il fallait revenir un matin. Ce matin, je me suis réveillée en me disant que je ne pouvais pas passer ici, encore une fois, sans dire à quel point j’ai aimé la sensibilité qui émane du poème. Je me sens à l’extérieur en le lisant, spectatrice invisible et superflue mais heureuse de ce qu’on lui offre à lire.

  4. Dusha dit :

    Un tout grand merci à vous trois.
    Le moment où l’on quitte les songes pour retrouver la réalité me passionne comme tous les moments et instants frontières, l’entre-deux, la frange, la marge.
    J’en parle d’ailleurs bien trop souvent dans mes textes ! *rire*

  5. Éclaircie dit :

    Parfois, je ne ressens pas vraiment tes poèmes, sans trop savoir pourquoi. Là , il me semble que c’est parce que je sens l’humain un peu enfermé dans le regard qu’il a sur lui-même, et qui l’empêcherai d’éclore au monde et ce poème à la pure beauté.
    J’ai beaucoup aimé cet instant de réflexion, émanant de tes mots.

  6. Éclaircie dit :

    empècheraiT .
    (ps, je ne sais pas aborder les poèmes, autrement que par la sensibilité)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.