Les hurlements dans la nuit – prose- MJM

Je frémis en entendant le hurlement retentir pour la deuxième fois.
La forêt était de plus en plus sombre. Le jour avait commencé à décliner depuis plus d’une heure, et, en ce début d’automne, le soleil bas n’éclairait plus guère. Je serrai contre moi l’arc et le carquois que mon père m’avait confiés. Il ne fallait pas que j’échoue.
L’herbe humide ne faisait pas de bruit sous mes sandales, mais je savais que les oreilles de la forêt étaient aux aguets. Il ne fallait pas qu’un morceau de branche sec vînt se placer sous mes pas. Mon sort en eût été scellé.
Je m’avançai avec la plus grande prudence, lorsque le cri retentit une troisième fois, très proche, cette fois.
Je ne m’y attendais pas, bien que j’eusse dû être à l’affût du moindre bruit, fût-il aussi retentissant que ce cri.
Mon coeur s’emballa lorsque je me rendis compte que j’avais écrasé une brindille. Le bruit qu’elle fit eût pu paraître insignifiant, mais je savais qu’il n’en était rien. La forêt devint muette. Et je sus alors que ce que j’étais venu chercher était au courant de ma présence. Et que de chasseur, j’étais devenu proie.
Des souvenirs me revinrent en mémoire. L’initiation, la caverne, les peintures sur les murs de la grotte, les psalmodies du sorcier, les recommandations de mon père, la frayeur de ma mère. Et la détermination.
Et j’y étais.

Un instant, la peur m’envahit. D’autres souvenirs se bousculèrent dans ma tête. Celles d’autres hommes retrouvés tués, mutilés, où dont on avait seulement retrouvé les armes. Et pourtant, il fallait le faire. Il fallait aller affronter la forêt et le démon qui s’y cachait.

Je surpris un bruit furtif derrière moi.
Le camouflage de ma peau devait me faire paraître invisible à tout hôte de cette forêt, de même que l’onguent dont le sorcier m’avait badigeonné devait masquer mon odeur.

Et pourtant je savais que j’avais été repéré. La créature avait dû sentir la peur qui était en moi.

Me retournant lentement, je m’accroupis sans bruit.
Et là, à cent pas de moi, je vis la Bête.

A suivre?

MJM

(avec son aimable autorisation)

7 replies on “Les hurlements dans la nuit – prose- MJM”

  1. Elisa-R dit :

    A suivre ? Mais oui, j’aimerais savoir à quoi ressemble cette « Bête » et le sort qui attend le narrateur !

  2. Frangine dit :

    Excellente narration, suspense…Oui, bien sûr, nous attendons la suite !

  3. Jean-Michel dit :

    Content de revoir des pseudos connus ici.
    Je ne suis qu’invité, mais je reviendrai
    La suite est déjà écrite, en tout 8 épisodes publiés ‘ailleurs’, mais la fin pas encore.
    Je me suis mis en stand-by, j’ai plein de choses qui accaparent mon temps, en ces moments.
    Mais je reviendrai
    Merci d’avoir apprécié.
    Pour ma part, je déplore cette faute à « que mon père m’avais »! Rââhhh, je n’aime pas ça. Je sais pourtant qu’il faut se relire…
    Amitiés
    MJM

  4. Jean-Michel dit :

    Et merci à toi, Eclaircie, d’avoir publié mon petit texte ici.
    Amitiés
    Jean-Michel

  5. Éclaircie dit :

    La faute n’est plus Jean-Michel, je l’ai ôtée.
    Concernant les épisodes suivants, soit, tu les publies en commentaires ici, (petit à petit, à ton rythme et au nôtre) soit je les ajoute à la suite du premier épisode, dans le cadre de publication, ou en nouvel « article ».
    (ps, je crois que certains autres étaient moins rigoureusement ciselés, j’attendrai ton feu vert pour les publier moi-même, si tu veux les reprendre un peu.

  6. 4Z2A84 dit :

    « Il ne fallait pas qu’un morceau de branche vînt se placer sous mes pas. Mon coeur en eût été scellé. »
    Je suis un inconditionnel du subjonctif, aussi je te félicite de le maintenir à une époque où tout le monde s’en moque. « Scellé » : veux-tu dire dire « marqué d’un sceau » ?
    Cordialement.

  7. 4Z2A84 dit :

    Désolé. Il ne s’agit pas du coeur, mais du sort (dans le sens de « mon sort (mon destin) eût alors été fixé »). Etourderie, quand tu nous tiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.