Ballade pour Thanatos

Ballade pour Thanatos

.

Dans l’imagerie populaire

Une femme donne la vie.

Au grand jamais, même pour plaire,

Donner la mort ne la ravit.

Par ces phrases je te convie

A parler d’elle au masculin

Bousculons les mœurs à l’envie

Pourquoi La mort au féminin ?

.

Ce sont les hommes qui guerroient.

Mise à part Jeanne la  Lorraine,

De tout temps les mâles  pourvoient

Aux hécatombes inhumaines.

– La faucheuse n’a pas de haine

Me diras-tu d’un ton certain.

– Si au hasard sa faux l’entraîne

Pourquoi La mort au féminin ?

.

Si Brassens la disait Camarde,

Crâne sans nez aux grandes dents,

Elle a l’air plutôt rigolarde .

Je m’interroge cependant :

Asexué au demeurant

Ce squelette pauvre clampin

N’ayant jamais choisi son camp,

Pourquoi La mort au féminin ?

.

Thanatos, Prince de la nuit

Voudrais-tu changer son destin

Et avec moi, dire aujourd’hui

Pourquoi La mort au féminin ?

Frangine

7 replies on “Ballade pour Thanatos”

  1. Frangine dit :

    J’ose espérer que vous ne m’en voudrez pas, après le pantoum et la villanelle de vous proposer une ballade, autre forme fixe moyenâgeuse. J’arrêterai là, n’allant pas jusqu’au sonnet, qui pour moi présente le plus de difficultés en poésie « classique ».

  2. Éclaircie dit :

    ose, ose..
    tu fais entrer ta poésie « humaniste ». en cela que non seulement tu publies, mais tu vis avec nous.

    je reviendrai car je me souviens (maintenant) de ce poème et de ma réaction.
    à demain ou plus tard.

  3. Orgue-rouge dit :

    Peut-être est-il plus doux, pour les hommes, de penser que c’est une femme qui les emporte.
    Mais en effet, je m’interroge.

  4. Elisa-R dit :

    Et voilà : je me retrouve face à un texte pour lequel je n’ai pas de commentaire, parce qu’il ne se contente pas d’être beau il invite à la réflexion…

  5. 4Z2A84 dit :

    Quatre strophes se terminant par le même vers, la dernière connue sous le nom d' »envoi » et s’adressant souvent à un Prince : c’est là en effet un modèle de « ballade ».
    Tu la réussis comme récemment pantoum puis villanelle. J’ai du mal à te croire craintive face au sonnet et te soupçonne de nous en concocter un qui ne sera pas…piqué des vers ?
    Ta ballade pour le dieu de la mort est superbe.

  6. Éclaircie dit :

    Mon avis, sur le fond. Les hommes ont « peur » du pouvoir de la Femme, aussi, ils lui ont accolé les « vertus » de la mort, pour conjurer le sort.
    Mais aussi, le début de le vie est la mort et réciproquement
    Ta ballade est, pour moi, impeccable pour la forme.

    On attend, oui, un sonnet, même que je tenterai un jour d’en faire un, ça me demandera encore du temps.
    Et si tu lançais un exercice à ta guise ? (souvenir très beau en poésie, à ton initiative.)

  7. Frangine dit :

    Merci à tous pour vos commentaires.
    Eclaircie, je veux bien réitérer l’expérience à laquelle tu fais allusion. Le poème sera sûrement moins long car ici il y a moins de monde, mais certains trouveront peut-être amusant de me suivre…On verra bien. J’y vais de ce pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.