Hécatésie

Fauchant la vapeur des orges

de l’été qui sue aux gorges,

l’agneau des trois lunes panse

ses rebours de lactescence.

.

.

Dans une noire, sacrifié

aux sorcelles Démencées

de messagère, s’ameute

en terreur de chien son cri,

incant d’une immole meute

de spectres d’hécatésie.

.

Au fracas des anges tus,

à l’éclat d’un philtre nu,

au temple de valparaise

et de rondes-peuplier,

il entonne la genèse

d’un chant d’homme délivré.

.

.

Humant la saveur des orges

de l’été qui boit aux forges,

dans une aube sous emprise,

deux âmes, fleuries d’église.

Aquae Sidonie

5 replies on “Hécatésie”

  1. 4Z2A84 dit :

    Tout n’est pas gratuit dans ce poème (doit-on le regretter ?). Peut-être rien ne l’est-il. Peut-être tout – et alors le hasard joue un double rôle.
    Car on y trouve la lune dont Hécate, déesse des Ténèbres, connaît les trois faces (sic : la lune n’est pas qu’une pièce de monnaie) possédant elle-même trois têtes. Il y a aussi un chien, sans nul doute le premier d’une longue série, car la fille de Persée et d’Astéria est suivie de toute une meute. Il y a vraisemblablement d’autres allusions à cette belle figure mythologique qu’est Hécate. Mais je ne tiens pas à « creuser » au-delà de ces quelques coups de pelle ni à sonder l’esprit du compositeur.
    Passionnant.

  2. Éclaircie dit :

    Aquae, je crois que ça va être souvent ainsi: je passe te lire, regarde le ballon au bout du fil, et me dis : il n’y a pas de hasard, elle devait venir là.
    Et je repars sautillante de joie, je n’ai pas compris ton texte, comme d’habitude, mais vu l’écho de 4z, je sais que tu devais être là.

    Je reste la marchande de ballons émerveillée de l’arc-en-ciel produit.

  3. phoenixs dit :

    Bien sûr c’est à prendre sans rien laisser.

  4. Orgue-rouge dit :

    Plusieurs fois je l’ai lu pour en saisir le sens précis.
    Or, précisément, ce qui est précieux ici,je crois, se sont les limbes.
    D’eux se dégagent pourtant des images comme figées, hors du temps, malgré l’été presque vivant qui sue et qui boit, des images venant s’incruster dans l’esprit du lecteur.
    Étrange et beau.

  5. Aquae Sidonie dit :

    Il y a un temps figé effectivement, représenté par ce cri, qui est un souffle suspendu. Hécate était cette déesse lunaire pour laquelle on sacrifiait des animaux, mais la déesse des carrefours aussi, où elle éclairait les chemins à la lueur de ses torches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.