Pantoum estival

J’adore les matins d’été

Le bleu du ciel sans un nuage

Le parfum d’une rose thé

Mon soudain désir de voyage.

.

Le bleu du ciel sans un nuage

Dunes et sentiers sablonneux

Mon soudain désir de voyage

La promesse de jours heureux.

.

Dunes et sentiers sablonneux

Doux pastel des roses trémières

La promesse de jours heureux

Voiles blanches, vagues côtières.

.

Doux pastel des roses trémières

Tous les ors du soleil levant

Voiles blanches, vagues côtières

Partir au loin… et droit devant !

.

Tous les ors du soleil levant

Ma maison aux volets pervenche

Partir au loin et droit devant

Chacun des jours sera dimanche.

.

Ma maison aux volets pervenche

M’attendra bien en vérité,

Chacun des jours sera dimanche,

J’adore les matins d’été.

Frangine

5 replies on “Pantoum estival”

  1. 4Z2A84 dit :

    Le patoum serait un poème emprunté à la poésie malaise par les petits romantiques. Le second vers de chacune des strophes y devient le premier vers de la strophe suivante, et le quatrième de chaque strophe le troisième de la strophe suivante…et – car ce n’est pas fini !- le premier vers du poème reparaît à la fin comme dernier vers de l’ensemble…On imagine toutes les difficultés qu’il faut surmonter pour réussir une telle composition…En six strophes tu franchis tous ces obstacles, et ton pantoum ne manque ni de grâce ni d’harmonie. Bravo !

  2. Éclaircie dit :

    obstacles franchis oui, car la cohérence et la beauté de l’ensemble est un plaisir à savourer.

    tu vois Frangine, ici on est peu, donc peu de commentaires, mais pour l’auteur tu me diras ton ressenti à leur lecture
    et pour moi qui passe depuis trois jours devant, me disant je vais m’arrêter lorsque j’aurai assez de temps pour le faire, arriver et trouver le lieu sobrement mais si beau (par la qualité du texte et du commentaire). Que dire sinon, merci ?

  3. Éclaircie dit :

    « SOBRE mais si beau.
    je me laisse aller au lyrisme, et pis je ne relis pas.

  4. Frangine dit :

    Merci 4Z pour ton commentaire.
    Oui, le pantoum est une forme fixe très ancienne, il peut être beaucoup plus long, mais doit avoir au minimum six strophes. J’aime la répétition de certains vers (comme dans la villanelle) qui donne au poème un petit air de chanson.
    A vrai dire, je triche un peu avec moi-même. Je sais que je ne suis pas « poète d’instinct ». Je n’ai pas « naturellement » un langage poétique, avec images, métaphores, etc. donc en concentrant mes efforts sur la forme, le rythme, j’arrive à faire des petits trucs acceptables car il y a l’effet de surprise chez le lecteur qui peut-être ne connaissait pas ces formes spéciales. Je vais poster une villanelle.
    Eclaircie, j’apprécie les commentaires, tu le sais, surtout quand ils sont de qualité, sans à-priori et constructifs. Cela prend du temps, cela sous-entend d’avoir lu « avec attention », je le fais dans la mesure du possible, mais je regrette que certaines personnes ne commentent jamais.
    En tout cas, je te remercie pour tes passages, ce n’est pas à toi que l’on peut faire ce reproche.
    Amitiés, Frangine.

  5. Aquae Sidonie dit :

    Eeeeeeeuh je vais commenter mais pas parce qu’il est regrettable que non, mais parce que j’ai aimé d’emblée ce rythme qui crée effectivement une ritournelle, voire une obsession, une emprise. J’imagine ce procédé appliqué à un registre plus noir, ça doit faire des ravages à la lecture, parce que là, on a juste envie de s’imposer quelques RTT même pas mérités ! En tout cas, merci pour vos éclairages instructifs sur quelques techniques poétiques qui alimentent ma curiosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.