Dispute

Dispute

De la fenêtre de ma chambre je vois deux géants touffus, enivrés par l’autan noir. Dès que le vent mollit, les longs bras pointus s’alanguissent. C’est le temps des secrets et des chuchotements. Mais quand vient la rafale, la voix monte et se gonfle, les bras s’agitent en signes brusques, provocateurs. Les deux arbres, face à face, s’invectivent, s’affrontent, se répondent par de lugubres murmures accompagnés de courbettes profondes et menaçantes. Chaque brindille d’une même branche, suivant le mouvement, participe à l’acquiescement ou à la dénégation, car il y a beaucoup de « oui » et il y a beaucoup de « non » dans cette conversation.

Durant les instants d’accalmie les rameaux vibrent à l’horizontale en de légers frémissements. Il semble qu’un accord soit trouvé entre les belligérants mais c’est de courte durée. Les voici à nouveau subitement irrités, cimes échevelées, doigts levés au ciel puis rabattus vers le sol en de grands gestes impératifs et hurlements courroucés.

Les corps ploient du même côté, comme pour fuir, s’élancer à la poursuite l’un de l’autre… Les pieds, hélas, profondément enfouis, rendent la poursuite illusoire. De ces gestes et de ces bruits se dégage une telle violence, que je me dis : « la tempête fait rage. »

Mais non, mais non, ce n’est qu’une querelle de voisinage entre un Cèdre et un Epicéa !

Frangine

7 replies on “Dispute”

  1. éclaircie dit :

    Le vent apporte parfois l’angoisse par sa force, jolie manière de l’apprivoiser et au delà je vois bien certains de mes (vrais) voisins qui se querellent et se réconcilient quelque soit le souffle d’Eole.

  2. 4Z2A84 dit :

    Tout est à louanger dans ce texte. On ne saurait en changer un terme sans l’altérer – comme dans un sonnet réussi. Tout y est précis et sûr. Le mouvement et l’humour s’y trouvent aussi. Que demander de plus ?
    Que demander de plus ? D’autres textes de toi, chère Frangine, en prose ou en vers.

  3. Frangine dit :

    Ça vient, ça vient… 4Z ! N’avais pas le temps ces temps-ci.
    Merci aux deux fidèles commentateurs.

  4. éclaircie dit :

    Fidèle dis-tu ? oui, fidèle parce que j’aime ton écriture, et que je suis ravie de te retrouver, tu as donc moins de contraintes personnelles (ce qui est heureux pour toi) et les textes, poèmes ainsi que tes commentaires sont appréciés ici.

  5. Elisa-R dit :

    Il n’y a pas un seul texte venant de vous que je n’ai pas aimé mais…chacun ici sait que je regarde souvent en silence, certaine de l’inutilité de mes commentaires. Et puis, ces deux arbres sont si beaux à regarder !

  6. Frangine dit :

    Je remercie mes lectrices et lecteurs.
    Au sujet des commentaires, Elisa, aucun n’est inutile. Si on poste, c’est bien pour être lu, et celui qui ose soumettre ses écrits aime bien avoir des retours, quels qu’ils soient.
    Je remarque qu’ici, il y a très peu de commentateurs. Ce sont toujours les mêmes et je les apprécie, mais je me demande pourquoi d’autres ne commentent jamais.
    A ce moment-là, on se demande si on est seulement lu !
    J’ajouterai que je trouve saine la critique, quand elle est constructive, et que je n’attend pas des commentaires seulement des compliments.
    Les discussions sur « l’écriture » peuvent et devraient être enrichissantes pour nous tous.
    Amicalement, Frangine.

  7. éclaircie dit :

    Frangine, je me suis aussi demandée et j’ai fait un petit sondage, les réponses, dans le désordre qui t’éclaireront
    manque de temps
    timidité
    difficulté à se servir de l’outil
    C’est vrai que nous n’avons pas trois mois encore et que nous pouvons espérer tant pour l’avenir. laissons du temps au temps (formule que je trouve bateau, mais qui va bien ici, il me semble)
    Nous sommes 14 je crois. à ce jour.
    Et concernant la critique constructive, je partage intégralement ton avis, sauf qu’étant d’un niveau littéraire (formel ou informel) moindre que beaucoup d’entre vous, pardonnez moi tous de ne vous trouvez que des qualités ou presque, et en particulier à toi, Frangine. La perfection n’existe pas, certes, mais si on peut chercher « d’oranger sur le sol Irlandais » , je ne suis pas sûre qu’on en trouve.
    Amicalement.
    éclaircie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.