Archive mensuelle : novembre 2020

Le cercle en poupe,

La prière au vent donnée

L’eau lui dispute la force

La parole, la parole se noie

S’envole

Et les tentacules de la nuit

S’en régalent jusqu’au souffle coupé

Que de grain à moudre

Avant l’enfouissement

Ou le brasier magnifique et coloré

Le cercle est vertueux et les yeux, ronds

***

Moulin Avant

Avant,

On pouvait sentir,

Sur sa peau

Les gouttes d’eau

Se déposer,

Telles des petits mots

Qui venaient nous réconforter

A vent

On avance plus écolo

On a le vent en poupe

Du haut de l’arbre

On voit tout l’horizon

Dans la main

Quelques olives

Se sont nichées …

Vertes ou noires,

Petites, Lisses ou fripées

C’est la récolte de l’année

Qui nous redonne l’espoir

BONHEUR PARTAGE

D’une grande tablée

On sera tous réunis

Pour déguster

Entre Amis,

De PIERREFEU

L’Huile d’Olive

***

Battre de l’aile

Sans tourner le mirage

Perd encore un pauvre voyageur

Au bout du vent sec

L’immobile le souffle

Sans le faire avancer…

Je crois que j’ai oublié notre quatrième main, qu’elle nous rejoigne, elle n’en sera que plus légère. Le titre a piqué à Eclaircie et Marjolaine son sens obscur.

Ah! Nuit d’ivresse, à tire-d’aile …

Ah ! L’ivresse du voyageur
Sans adresse fixe
Vogue à son humeur
Parmi de lentes meringues magiques et flottantes
Aux formes rondes et fringantes
D’un ciel pâtissier fourré d’amarante
Ah, le beau voyageur, sens en éruption
Mouche au chocolat,
Jurant comme il sied
Au bonheur
Se gratte, l’air un peu cochon, les poils du cœur
Tombant dans l’abîme – le film est coupé
Voyageur câline un vin débouché
Titube – raté – qu’importe
Le voilà content, le diable l’emporte
…………………

Au bout de la nuit
Celle du matin pour se donner le temps de vivre
Le temps du jour
Voyages de Gulliver
Pour garder l‘œil vif
Le rire un peu rictus ou le rictus un peu rire
Ce que je préfère cependant
C’est traverser les miroirs
De l’eau, du vent, de l’arbre et du feu
Avant cette barrière de terre où je verrai enfin
L’infini.
…………………


A tire-d’aile,

Envol matinal sur la route déserte
Le ciel est vide
Tous les possibles sur leur branche
Lissent leurs plumes
La page blanche se forme nuage
Attend le passage des migrateurs
Pour lui donner un sens
Fugitif…

…………………

Vois-Age

Plonger dans l’eau ;;;
De notre nudité
retisser des liens !!!
Nous laisser bercer,
La regarder passer ou
Monter à bord de l’embarcation
Gonfler les voiles
Et de la Vie
prendre le temps
et l’énergie lente
de découvrir
Tous les paysages
sourires
…………………

Le voyage commence avec Pascal qui est de bonne humeur, se poursuit avec Éclaircie, si matinale, puis nous retrouvons Phoenixs, aventurière au grand cœur et Marjolaine arrive enfin, contente de vous retrouver, tous.
4Z indique le chemin avec sa boussole, Kiproko et Elisa chantent pour accueillir les nouveaux arrivants.
Les bons mots sont au rendez-vous! Il ne nous reste plus qu’à nous mettre à table pour savourer ce met de fête concocté par l’équipe au complet, en nous souhaitant une bonne dégustation et un bon voyage participatif éco-responsable

Le titre est pris un peu chez Éclaircie, Phoenix et Pascal
Bonne lecture à toutes et à tous, Bonnes inspirations

Survie

Sur le thème proposé par P.Y.Bossman : « Guide de survie à soi-même »

****

C’est dans la file de nuages

Que se lisent les lignes du vent

La trace de soi sur le sable s’oublie

A la mer glissée

Survivre c’est encore respirer

A l’air libre

Tout en restant lié…

Afin de lisser bien votre cerveau

Évitez les lectures

Trop doctes

Reléguez aux placards

Les poètes aux névroses ombreuses,

Proscrivez les barbants érudits !

Laissez plutôt aller votre côté barbare

(voyez comme il est rose !)

Frottez des heures à l’ennui

Au camphre, à la toile émeri

La peau de votre crâne dénudé

Et si les symptômes de votre semblant de sagacité persistent

Faites appel au Savoir

-Faire du chirurgien esthétique du coin

payez-vous un lifting du cerveau

Et si vous croyez tout comprendre

Tendez les oreilles

Aux bagous, aux ragots

aux théories fumeuses des réseaux

Sociaux, aux discoureuses de comptoir

Enfin, si, par inadvertance

Une flamme de lucidité ou de génie, qui sait,

Venait à vous pousser, tel un gros bouton

Rouge à l’intérieur du crâne

Pincez fermement entre le pouce et l’index

Tirez fort

C’est fini !

Lorsque tout sera redevenu gris – familier – prévisible

Servez-vous une mauvaise bière

Allumez la télé

Reposez-vous bien

Dormez oubliez

Que vous auriez pu vous appeler

Michel-Ange, Proust, Molière

Ou Le Titien

Dans l’ordre analphabétique

Histoire
Que ce soit clair

Pianoter jusqu’au bout de la nuit, écrire jusqu’au bout du jour, depuis le début du jour, juste quand il fait encore nuit

Semer les feuillets ainsi griffonnés aux quatre vents, la pluie faisant le reste, ou engrosser les ordinateurs de tous ces fichiers que personne jamais, n’ouvrira.

Puis dormir un peu, se lever, marcher, sourire et tout recommencer jusqu’à ne plus pouvoir avancer.

Le cerveau et la mémoire de l’eau s’empareront des miettes visibles ou pas.

C’est ainsi depuis la nuit des temps jusqu’aux confins des jours.

Accompagnée par l’étoile du berger,

Pour chasser mon vague-à-l ‘âme

ce soir c’est décidé je m’envole pour Denver City

avant de prendre le large avec 

à bord de mon dériver extraordinaire, Daisy,  ma flûte, mes deux chats et mon harmonica 

?! …

En quoi est-ce si extra je ne sais quoi, que de

dériver sans trop savoir où aller que sur mon dériver?!

Oui, mais là, ce soir c’est différent

tous Nous sommes capitaine de

notre vie nouvelle

Embarcation … direction amélioration !

Moteur: Vents en mouvement : réussite assurée A titre d’ailes

Sourires

Bienveillance à soi-même

Tout en dénouant la pelote de laine

Nous dévoilons les trésors de son

Qui vont nourrir notre humanité reconsidérée … 

Tu viens juste de rentrer de ton voyage?! C’est chouette de te retrouver!

… ,,, Entre, c’est ouvert, tu prendras bien un T ou une tasse?

Viens donc t’asseoir avec nous, on t’attendait

Dans la maison Bleue respirant,

Vivante, tout sourit 

***

Les auteurs :

Phoenixs, P.Y. Bossman, Éclaircie, Marjolaine

Élisa et Kiproko sont restées confinées (mais nous les attendons une prochaine fois)

Le titre appartient à Phoenixs

4z, attentif, depuis ses confins, est heureux de nous retrouver.

À partager sans modération

J’inaugure notre toute nouvelle rubrique

Chanson d’expression Française.

J’ai choisi chanson d’expression française, car je ne connais pas les langues étrangères

Si vous voulez de la chanson d’expression autre, dites-le. On créera une autre rubrique

Cadeau ce matin, pour commencer :

Hélène Martin

https://www.youtube.com/watch?v=nf1RlbcORK0

Hélène Martin dans les années 60/70, il me semble (je n’ai pas trouvé la date exacte, si vous pouvez compléter. Une artiste que j’écoutais dans ces années-là.

***

N’hésitez pas à ouvrir les commentaires pour avoir d’autres vidéos, voire en partager aussi.