Monthly Archives: mai 2019

Ritourn’elles

Cirque à clique,

.

Sur ton petit cheval

Mécanique

Tourne ton avenir rythmé

Par les cymbales ironiques

De ton acmé

Tu parais au fil du tournis

Tantôt sourire

Tantôt grimace

Selon que l’enfant en face

De toi écoute

La grinçante ritournelle

De votre farce.

*

Dans la rue

Un musicien

tourne la manivelle

d’un orgue de barbarie

.

D’une chanson bien connue,

Il fredonne avec ses amis

l’air du refrain de la vie

.

Au même moment

Des enfants

Dansent la tarentelle

Et reprennent à tue-tête

La ritournelle de l’amitié.

*

Elle rit

Elle tourne

Elle envahit les impasses, les avenues

Et les cerveaux

Pris d’une envie de danser

De s’étourdir et de se griser

Leitmotiv des joies

Des enfants, des manants et des amants

Aile accueillante pour les voyages immobiles

Pour le recueillement, le mouvement

Les souvenirs d’avant la vie

Les sourires gravés sur la portée des jours ravis

*

Un mot.

Un mot comme un oiseau, comme un air léger et doux

Qui logerait dans une chambre du cerveau.

Un mot épanoui aux joues roses de plaisir

Qui tournerait en riant sur des chevaux de bois.

Un mot coloré

Qui laisserait sur la langue un goût de friandise

Et sur la peau la fraîcheur d’un soir d’été.

*

Une ritournelle esquissée par Phoenixs, Marjolaine, Éclaircie et Élisa.

Que ces mots parviennent à la sensible et douce Plume Bleue.

4Z n’est jamais loin.

Morceau de ciel en frac,


La poésie se niche dans les mots légers.

Ceux qui font lever les yeux vers l’océan bleu de l’été qui s’installe.

Ceux qui donnent au sordide une apparente douceur

Inattendue, fragile.

Ce sont des petites fées, invisibles et sonores.

Seuls les rêveurs, qui comptent sur leurs doigts et mangent sur la lune,

Les aperçoivent parfois.

Petits vagabonds serrés les uns contre les autres sous les jupes d’un pont.

Policiers à vélo en bel habit découpé dans un morceau de ciel

Beaux jours qui reviennent, à tire d’ailes d’oiseaux volant haut sur nos rêves.

****

Tu prends la fenêtre

Tu l’ouvres tôt

Quand tes congénères dorment

Debout

La tête en avant

Tu t’assieds ou t’assois

Comme tu veux

Tu loges près des branches anciennes

Exprès

Pour voir le chant arc en ciel des chœurs

Emplumés

Sans lesquels le monde serait clos

Sur l’assourdissant

Et tu te tais enfin de connaître

Un peu de joie ailée

****

Vous êtes prêts?!

Attachez vos ceintures;

Décollage immédiat

A tire d’ailes …

Direction Liberté

Printemps Eté

le voyage peut enfin commencer!

Pour les petiots

tout est nouveau;

pour les plus anciens

tout reste beau …

sur le chemin retrouvé des vacances

tous les oiseaux

prennent le bateau!

Sur l’Espérance

les Hirondelles

mènent le débat:

aller aux Iles Seychelles

ou aux Canaries?

Pour nos amies demoiselles

tout est permis! du moment qu’on rit avec ses amis!

****

Habillée d’un frac

Les longs voyages sont ton lot

Dis-moi les collines les montagnes les bois et les océans

Les lieux hostiles sans reposoir

Les ciels vides d’insectes

Je me souviens

Enfant

Des joyeuses portées que tu dessinais

Le long du moindre fil suspendu

De tes nids dans l’étable

De tes départs aux airs tristes et de tes retours

Emplissant d’espoir la saison à venir

En compagnes de route : Elisa, bibi, Eclaircie et Marjolaine

Le titre : un peu d’Elisa, un peu d’Eclaircie.

Que ces oiseaux portent leur message à 4Z et Plume bleue

Le chant des sphères

Anaximandre chante

La tête dans le cosmos, les oreilles en sommeil, sa voix glisse sur l’air, en fait ressortir chaque aspérité. Long criaillement que lui seul n’entend pas, son chant dérange, éveille mais ne sauve pas.

 .

Il est trop tôt.

 .

La lune veille sur les secrets de la sphère céleste.

Quelques cailloux en poche, les enfants courent dans leurs rêves sur les étoiles froides qui peuplent l’immensité.

 .

Anaximandre sourit.

*

*
Sphère, hic,

 .

Petite boule rondement menée

Tourne sous tes pas

La direction décline tout axe

Qui perdrait ta marche

A tes côtés, lourde et obscure

Ton espèce t’accompagne

Angles morts surtout

Dans lesquels tu viens buter.

Il te reste l’espace pour aérer tes mouvements

Si tu quittes le manège…

*

S’inscrire

dans l’ère du temps …

Jongler

avec les boules de feu et de massues, sans se faire matraquer…

Sourire

à tous ces gens

qui ne voient qu’une seule chose: se hisser dans la sphère politicoéconomico

et gagner à tout prix et encore gagner on ne sait trop quoi …

Gagner à se faire connaitre ici ou ailleurs, peut-être …

.

Tandis-que l’enfant ou l’artiste

questionne, interroge, construit

cherche à partir du sable à dessiner                               

une nouvelle piste, un autre  univers;

à  créer un chemin dans cette sphère sociale

aux multiples visages, intersidéral …

Cherche à sculpter dans la glaise ou la glace

la sphère

qui rendra à chacun sa place

dans l’univers

.

Et où tous ensemble, on sera enfin à l’aise

*

Minuscule point à l’horizon

L’œil le distingue à peine

Avant qu’insensiblement il se rapproche

Se teinte

S’anime de musique et de mouvements

Pour éclater dans la splendeur d’un feu d’artifice

Et finalement se perdre dans un lointain incertain

Entraînant la sphère terre à son chaos d’origine

*

Avec les voix de

Élisa,

Phoenixs,

Marjolaine

Éclaircie

*

Et celle absente mais bienveillante de 4z2a84

*

Kiproko n’est pas loin.