Category Archives: Plusieurs mains

Point d’Ancrage

Encre toi et toile,

 

Se déroule l’image floue

De tes voyages blanchis

Tu pointes l’œil mobile

Cherches quelque part

Quelque chose de fixe

Mais

Mais

Les silences avalent le sens

Et rendent du sable en coquilles

Sur tes miroirs déteints

Cris sans…

***

 

Dans l’encre bleue

Au milieu du ressac

Retiens l’ancrage

D’où émergent tes pensées

Ta parole en exil

Nue, inconnue

Court à sa perte

Prenant le vent de face

Dans son voyage immobile

 

A marée basse

Dans l’épaisseur des pièges

Recueille l’esquisse

Le signe providentiel

Effleure le coquillage irisé

Qui chante l’indicible

Trace la voie des semailles

Qui défroisse tout langage

De sa trop longue hibernation

 

Ecoute la fugue

Dans la profusion du monde

Avant que le tourbillon t’emporte

Que le silence devienne trop assourdissant

Apprivoise cette envie de fragilité

Qui monte en toi

Comme un ciel lointain

Un désir d’écrire

Ton bouleversant chemin d’étoiles

***

 

Au début

on est sur le rivage

on observe

les bateaux qui partent

on n’a pas encore pris notre envol

toujours au point d’ancrage

 

Par la suite

on poursuit sa route

on tombe souvent sur des mirages

alors qu’on voudrait bien

transfigurer cette réalité

 

Puis on souffle nos bougies

dernières vérifications

ça  y est cette fois-ci tout est prêt!

C’est le grand et merveilleux voyage qui s’annonce

A la Nils Holgersson!

Il est temps de larguer les amarres

 

A nous la Liberté du Grand Large

A nus nous traversons

en direction de nouveaux point d’ancrage

offrant un regard empli de bienveillance

pour tous les mouillages amis

que nous allons rencontrer!

***

 

Deux chaussons sur une descente de lit

Sur le chevet un livre au marque-page usé

Pas un bruit

L’esprit s’y recueille attaché aux lieux

Tandis que le corps évaporé

N’est que souvenir

Les feuilles remettent leur sort au vent

La cheminée centrale

Chantonne la vie l’automne

Et toutes les mains qui ont tisonné l’âtre

 

Où l’on retrouve les pavillons de

Phoenixs, Kiproko, Marjolaine, Éclaircie

Élisa rêve dans le port

et 4Z veille sur nous.

Kaléidoscopes

Métallique le tube n’est pas large mais j’ai pu me glisser à l’intérieur assez facilement. En fait, je n’ai pas réalisé ce que je faisais, trop distraite pour cela sans doute.

Je parlais à un frère ou à une sœur, il y avait beaucoup de rires dans l’air qui exaltaient les poussières de soleil.

Les visages, les objets, les paysages, les animaux : tout se démultipliait. Au point que les yeux ne savaient plus où regarder pour tout voir.

Non seulement le spectacle offert était extraordinaire mais l’intérieur du tube lui-même, ses nombreuses facettes brillantes et lisses, les reflets qu’il irisait tout dévoilait une beauté jusqu’alors méconnue de la vie.

Enchantée par ce fabuleux spectacle, je perdis conscience du temps. Je ne réalise que maintenant à quel point cette expérience eut d’impact sur moi : si le monde était trop vaste pour être saisi dans son ensemble, je le verrais désormais ainsi : découpé, coloré, irisé, merveilleux, multiple, infini…

Et me voilà, toute surprise de ne pas retrouver, en sortant la tête du tube, les rires de mon frère, ceux de ma sœur. La mécanique du temps, bien entretenue, a emporté silencieusement ce que j’avais laissé en me glissant dans l’objet.

Je me sentirais bien seule sur la berge si vous n’étiez pas là, agitant joyeusement les bras un poème à la main pour me rappeler le jour de la publication. Attendez-moi : j’arrive !

*

Fragments irisés,

 

Tu restes au seuil du jour

Entre hier et demain

A lustrer les éclats de ciel

Sur tes paupières volets

Un peu de rouge ici, de bleu

Quelque part sous les notes arquées

Les fleuves se baignent du crépuscule

A l’aurore dans le flot de tes réminiscences

Pâlies

Mais éblouissantes à tes yeux d’enfant.

*

Dans l’œilleton les images se brisent

S’épousent s’emmêlent

Des fragments d’hier télescopent des bribes d’avenir

Les couleurs hésitent entre le triangle et le losange

La cheminée devient soupirail qui se métamorphose en éclair

Les rues verticales abritent des poissons convexes

Les trains bousculent les gares et les ponts

Le voyageur cherche sa tête partie loin de lui avec bagages et chapeau

Sur un banc un petit cylindre se berce

Au rythme des regards curieux

L’enfant espiègle s’en saisit et réinvente

Un monde aux formes qu’il aime

*

 

Un peu

de bleu

Un peu

de vert

Un peu de rouge

C’est la danse des couleurs

qui expriment leurs émotions

Tout se télescope!

 

Le Ciel

avec la Terre

La Mer

avec l’Univers

On a la tête

à l’envers

Tout tourbillonne

Papillonne

Tout

se superpose

 

Tout

Bouge

se transforme

Beaucoup de

joie

Du Soleil

De la Vie

Quoi

Tout

rayonne

étincelle!

*

Regarde la mer

Nulle finitude

Dans sa dérive lasse

 

Lorsque le soleil divague

Et se confond à son immensité

On la croit composée

D’éclats de miroirs

Tombés du ciel

Ils se reflètent à l’infini

Et comblent le vide de ton ennui

 

Scintillantes facettes

Tu observes le vif argent

Fixes obstinément ce qui reste accroché

Images radieuses et jour d’allégresse

Sous le battement de tes paupières

 

Les fragments métallisés

Hors d’atteinte

S’unissent et se dispersent

T’inventent un chemin de liberté

Au gré des oscillations

La lumière complice

Egaie ce temps de l’illusion

Dans le bleu mouvant

Inconstant prisme

Qui trompe ton œil

 

Dans l’étrange détachement

Tout se brise et se dissout

De manière désordonnée

Comme une part de vie

 

Regarde la mer

Nulle finitude

Dans sa dérive lasse

 

 

*

Élisa, Phoenixs, Eclaircie, Marjolaine et Plume Bleue donnent à ce kaléidoscope des couleurs inouïes. Merci !

 

Derrière les choses, les plis du rideau, le miroir sans tain

Lorsque j’ai ouvert
la porte de mon placard
En une seconde
j’ai replongé
dans mon histoire

Tout y est
question de Regard…
Chaque objet
fait remonter un souvenir, une anecdote,
Un moment impérissable

Cette carte postale
Ce verre à pied
Et ce chapeau Gavroche…
Derrière chaque chose
Une intention, une émotion, une attention
traduit ce qu’on ressent,
ce qu’on est aujourd’hui comme avant
Véritablement !

Si on plonge derrière
le miroir
qui nous protège
On trouve l’Être Nu
dans une réalité nouvelle reformulée, réinventée
libérée de toutes ces choses
qu’on garde des années…. Pourquoi ?
Pour le souvenir de l’émotion que la chose
nous a procuré en oubliant souvent que le
plus important finalement est d’Être au moment présent
bien vivant avec les êtres qu’on aime
pour aller devant
De l’Avant Ensemble
…………

Derrière le miroir un visage sourit
Immobile et silencieux
Parfois ses yeux ne se distinguent plus
Noyés dans une brume tenace
Souvent la lune lui offre un teint laiteux
Lorsque les rideaux aux fenêtres bercés par le vent
Ondulent jouant de la lumière
Les lèvres de l’inconnu s’entrouvrent
Une musique emplit la pièce
Et l’on sait ce que le personnage veut exprimer
Même figé dans la glace
…………

Miroir sans tain le jour se lève
Les volets clos dorment encore
Malgré le silence rassurant de la cuisine
Dehors, le vent sème la pluie
Leurs voix mêlées disent les nuits
Qui se prolongent en dépit des apparences
Elles content les visages lavés de tout espoir
Les mains ouvertes sur les lignes brisées
Elles murmurent les douleurs de l’au-delà
L’au-delà des jours qui se lèvent
Comme des miroirs sans tain
Que personne n’oserait regarder
…………

Si tu ouvres cette fenêtre nue
Prends garde aux fils de vierge
Aux poussières tapies
Au regard curieux qui donne le tournis
Derrière les planches de la scène habitée
Tu verras la silhouette des comédiens
Qui tranche dans la nuit
Ses fines évocations.
A toi de ramasser ce qui s’envole
Sans espérer de sens
Ni de lune éclairante.
…………

De l’autre côté
Les soirs de lunes cireuses

Comme une clé dans sa serrure
Tu glisses sans résistance

Lorsque rien ne console
La déchirure se vautre
Sous l’écaille de ta peau
Et tu plonges jusqu’à l’entaille

Seule au milieu du chaos

Dans l’écoulement du temps
Il y a les crêtes sombres de tes orages
Des courants d’air glacés que tu traverses
Entre les morceaux de ciel éméchés
Et toutes ces choses obstinées
Qui laissent leurs avis de passage

Tu tires la lourde tenture
Qui cache l’ample désordre
Parfois, tu pioches au hasard
Dans tout ce qui remue
Et colles ton nez
Contre le carreau embué
L’intime roulis te saisit
Submerge ton for intérieur
De sa petite musique de nuit

 

Derrière les mots, alignées en colonne et agitant leurs plumes…Marjolaine, Eclaircie, Elisa, Phoenix et Kiproko.

Passager du Grand Huit! par les chemins ou les nuages: Direction Mappemonde Un Cœur en poche!

Passager du Grand Huit! Par les chemins ou les nuages:
Direction Mappemonde Un Cœur en poche!

La jambe longue et élastique

Un cœur en poche pour le cas où

Je vais partout

Je parcours les immensités

J’étudie les sociétés

Un cœur en poche mais pas seulement

J’ai aussi deux ou trois pièces

Pour le cas où

Et puis ma langue pour éviter les malentendus

Parfois perdu je ne sais plus

Quelles sont les traces que je suis

Et je confonds je le confesse

Celles d’un passé bien peu glorieux

Celles d’un présent pas toujours mieux

Sur la mappemonde, les maîtres du désordre ont posé leurs gros doigts de géants maléfiques, avancent leurs pions, complotent à la face des hommes sans état d’âme.

Sous la peau des peuples, ruissellent toujours les mêmes rêves fraternels, égaux.
Nuages fuyants qui se délitent dans le ciel impuissant.

Enfle la blessure profonde de l’univers sans foi ni loi. Au cœur du chœur, dans la sphère de l’humain, un écho scande l’immuable. L’indifférence est toujours plus effrayante que le silence.
Alors, monte une voix de tête, libre de tout son chant d’espérance, affranchie des servitudes.

De tous les ailleurs, dans l’amitié des frontières, en tous lieux où âmes vivent, frères d’une même soif, citoyens du monde d’un même idéal se reconnaissent et se réchauffent à leurs couleurs, s’enrichissent de leurs différences et s’unissent.
Ils exaltent la conscience dans la nuit noire qui bafoue la lumière.

Bergers aux troupeaux décimés, semeurs déracinés des bonheurs terrestres, spectres échappés des entrailles de l’enfer, esclaves n’entendant plus le bruit de leurs chaînes, rêveurs de paix tout simplement, la même souffrance gerce vos êtres.

Vous êtes venus de l’autre côté de la mer sur des bateaux d’infortune ou poussés par les vents dans l’air oppressant par-delà les monts, remettant vos vies à l’humanité toute entière comme une supplique dans la douleur de l’exil, cherchant l’abri, l’éclat d’une lumière.

On a écrit sur les murs les mots « solidarité » et « paix » mais l’histoire n’en dit pas plus…Personne n’a jamais vu les montagnes se déplacer !.

Globe-trotteur infatigable
Par les chemins ou les nuages
La couleur présente à tes yeux
Pâlit au fil de tes voyages
Les mains tendues des enfants
Les regards vides ou hostiles
Te conduisent à chercher cette grotte
D’où tu dessineras le monde
Avant que l’homme ne le souille à jamais

Écrous,

Quelques chats dans un sac
Poubelle d’enfants perdus
Un piéton en linge de zébra
Renversé sous la lune
Une bouée océanique crevée
Dans l’œil de l’ours sans dessert
Ta porte claquée sur les doigts
Lourds de l’absent négroïde
Vos papiers bien rangés
Nos vies au-dessus de la cheminée
Sans feu
Elles glissent du manège
Ils enfourchent leur dada
On est passagers du grand huit
Déboulonné
Et personne ne songe à nous faire
Descendre

Si nos six t(r)oyens
voulaient bien se donner la main…
La Belle Hélène,
plus jamais ne serait enlevée
et le Monde pourrait enfin
retrouver son Havre de Paix.

Notre Planète
Couleur Bleuté orangée
Tourne Tourne
Tourne sur elle-même
en déséquilibre constant
sans savoir vraiment ce qui l’attend.

« Quoi!? dit-elle, Encore travailler, lutter!
J’en ai assez, vraiment assez.
Je veux me prélasser, tout jeter, polluer
Faire la Fiesta toute l’année et recommencer ».

Oui mais nous,
les habitants, tes locataires,
on veut vire longtemps à tes côtés.
Tiens, et si on mettait plus de vert
par là, un peu d’oxygène et d’océans propres
également et cette boule orangée pour nous réchauffer.

« Tiens c’est vrai,
dit notre Planète, je m’sens déjà beaucoup mieux!
Merci les Amis! Ensemble le blues, c’est fini!

Collectif proposé hier Dimanche par Elisa, Plume Bleue, Eclaircie, Phoenixs et Marjolaine qui a mis en lien. Votre créativité était tellement riche qu’il m’a fallu un peu plus de temps que prévu pour tout relier et m’en imprégner

Je nous souhaite une bonne lecture dans ce paysage citoyen! Merci à vous les filles, d’avoir pris cette proposition à cœur, je suis très touchée que le Collectif sur ce texte soit au complet!

Pommes rouges sous le préau,

Ecrire
Le bois dans la main
Rond et blond
Poser la pointe du stylo
Sur la surface tendre
Et dure
Du bois blond
Et rond
Au risque de casser
La tête dure et blonde
De la fille au stylo

*****

La tête contre les murs
Aux oreilles serviles
Gueules cassées grimaçantes
Et la chaleur qui oublie de décroître
Tous les casse-têtes irrésolus
Pas même une utopie pour entrevoir demain
L’enfant et son puzzle
Dont les pièces ne s’emboîtent plus
Ouvre les yeux sur le brouillard et la ficelle
Nouée d’avance par des mains inconscientes

*****

Lorsque je suis en tête à tête
Avec moi-même
Que je me parle sans rien me dire
A me demander dans le miroir
« quel je joues-tu ? »
Mon cortex atteint le sommet critique
Embrouillé comme un sac de nœuds
Causant le trouble tête, semant la zizanie
Et l’affaire se complique

Faudrait-il me mettre sur écoute
Pour dénouer mes faux-semblants
Raisonner cet agent double ?
Toujours au bord de la rupture
Sur des chemins de traverse
C’est toujours le début des embêtements
Lorsque je cherche la petite… bête
Entre ça et moi et autre sujet sensible
Qui titillent ma cervelle
Comment résoudre l’équation ?
De cette prise de tête, je ne sors jamais indemne
Le rouleau compresseur d’un vague à l’âme
M’entraîne vers le fond sans échappatoire
Et tout donne sens à mon désordre mental

La mélancolie, cette tracassière indécrottable
Épie mes tourments, jette son froid
Comme une lancinante bise de novembre
Parfois je la toise sans perdre la face
Et j’entre en résistance sourde
Je bataille tous feux éteints
Esquivant l’appréhension frontale
Sans suite dans mes idées
Alors, pour congédier mes maux chroniques
Je dégrossis, clarifie, me débrouille
Je mêle les mots et démêle mes pelotes de laine
Toujours en solitaire et avec la même patience

Parfois me prend la peur de tourner en rond
Au fond de mon bocal et même un peu plus haut
Je lutte pour trouver l’issue de secours
Afin que la camisole ne me soit pas fatale
Mine de rien, tout devient vite… minant
Autant qu’un casse-tête chinois

*****
Tu te penches au-dessus des nuages
A chercher les formes fixes
Un sens coton mouton glisse
Puis rien
Tu creuses les silhouettes vaniteuses
Les tiennes dans le miroir
Un non sens mouton bêlant passe
Puis rien
Tes mains nerveuses épuisent le sable
Sel galets sang coulent
Puis rien
Ton crane poli a trouvé ce qui cassait
Mais il dort à présent dans le silence
Du rien

*****

Tous les chemins
mènent à Rome.

Si je prends à droite
que se passera-t-il?
Et si je décide de partir à gauche
aurais-je plus de chance?

Tout est question de choix
de rencontre, de voie qu’on se trace.

Pour l’instant j’hésite, je n’sais pas
je reste en suspens
au Chemin des 4 Vents, Au croisement du Labyrinthe
je n’peux pas choisir, je n’veux pas, j’ouvre les bras sur Tous les Possibles

Heureusement,
pour m’éclairer

J’ai toujours
ma Boussole du Cœur,
mon Fil Rouge
ma Pelote de Laine

Alors, et si on jouait
à être grand

sans ces casse-têtes
remisés au placard,
on ferait le Tour du Monde
en prenant ensemble tous les chemins

Et par la réalité bien connue de l’enfance
comme par magie, tous les casse-têtes seraient résolus!

Alors, qu’est- ce tu fais? Tu viens? ON jOUE!?!

Sous le préau à la recherche des pommes d’automne : Elisa, Eclaircie, Plume bleue, bibi et Marjolaine
Le casse-tête c’est de retrouver le fruit défendu plein de promesses.
Le titre s’est inspiré de Plume bleue et 4Z a validé 😉

Reflets

QUESTIONNEMENT?! …

 

Intérieur?/ Extérieur?

 

Tout est Noir; bleu-gris ou blanc

selon le moment

 

Silence

 

Éparpillement/ Retrouvaille avec Soi

 

D’une phase à l’autre

Tout se répond à l’identique

 

C’est selon comment on éclaire l’instant

qui donne un sens à notre conscience-lumière

qui nous renvoie à notre grille de lecture

 

Que nous apporte cette lecture?

 

Extérieur? Intérieur?

Tout se reflète dans l’Univers

Le Haut est dans l’Eau

Le Bleu dans l’Air

et l’Air passe dans notre émotion

qui vient se refléter dans la Mélodie que notre Âme respire

 

Tout est là,

A portée de main

Et si nous prenions simplement le temps de

ressentir pleinement toute la richesse des reflets de notre Âme

 

en Respirant la Vie

 

PLEINEMENT

****
Reflet inverse,

 

Pendant que tu regardes l’endroit

A l’envers se meuvent les ombres

Eteintes de la vérité

Enfin du presque mensonge nu

Des formes et des êtres que tout agite

Sous l’eau

Miroir opaque derrière lequel flotte

Insensé le sens de ce que tu vois

Fixement sans rien deviner

Des reflets trompeurs sur ta rétine muette

****

Tous les passants ne sont que les reflets d’eux-mêmes

Ainsi le plus petit tête baissée

Dans sa réalité dévale une cascade fraîche

Les trois qui se saluent sont des illusionnistes

Faisant naître de leurs chapeaux vents et marées

Et quelques poissons aux yeux rieurs

Le plus grand avance certes mais il est un arbre

Un arbre centenaire heureux de frôler le ciel de ses branches

Et tous ceux-là sont des trains des ponts et des rivières

À mes yeux entrouverts dans le matin naissant

****

Couleur sépia

Portraits enfantins

Robes fleuries et souliers vernis

Nous sirotions des limonades

Eclats de joie ensoleillés

 

Instants pris à la volée

Primesautières

Nos bras grands ouverts

Soulevaient d’insaisissables nuages

Et nul obstacle ne s’opposait à notre insouciance

Vent de liberté, azur étincelant

 

Dans le rabot du temps

Entre ombre et lumière

S’ouvre parfois la porte des souvenirs

Alors, la mémoire s’attarde

Sur la rive où tout déborde

Il y a comme un miroitement qui pointe

Dessine sa ride qui va s’élargissant

Sur l’onde remuante

Poussée jusqu’au tréfonds de l’âme

 

Passants reflets, éphémères images

Echos surgis du silence

Chatoiements que l’éclair ravive

Dans le rougeoiement du soir

Glissants entre les berges

****

 

Reflets mis en lumière par Marjolaine, Phoenixs, Éclaircie, Kiproko

 

Voilà mon  » non hommage  » 😉 Hymne à, D’une lune à l’autre,

Voilà mon  » non hommage  » 😉 Hymne à, D’une lune à l’autre,

Curieux thème qu’il nous est donné
Où le t’aime oublie l’abandonné
Le délaissé le solitaire
Remplacer ce qui tue sur terre
Par un rêve coloré
Une brève pause adorée
Dans cette tourbillonnante pantomime
Incessante comédie des mines
Des dits et des tus
Curieuse place laissée au sourire
Sur ces masques qui n’ont rien à dire
J’aurais bien éclairé une page pure
Mais le noir a la vie dure

Ah ! le fabuleux voyage
Au-delà de l’ordinaire
L’ode au merveilleux
Niché dans le lieu hanté
Ah ! la belle émotion…

N’est-ce pas le vœu de tous les hommes ?
D’épingler quelques étoiles candides
Sur la cape de la nuit
Croire encore à sa part d’innocence
Hors du désenchantement
Arrêter la course du temps
La soif du vertige pour combler la faille
Esprit, es-tu là afin de nous transporter ?

A cette énergie renouvelable contre l’imparable raison
Ressentez le battement
Comme un jeu d’enfant
Laissez vous surprendre dans les pas de travers
Osez les chemins de lune, croquez le croissant
Et quittez la route droite
Claquez la porte des réalités mesquines
Epiez l’inattendu, la félicité de l’improbable

Cherchez bien où s’offre le ciel
Son arc-en-ciel de joie
Suivez la source du ravissement
Sous le balancement des nuages
Prenez le large du côté de la mer
Portés par les bras du vent
Laissez- vous conter les secrets intimes
Lorsque la mousse et l’eau vive se tutoient

Laissez le sublime trouble vous toucher
Jusqu’à l’incandescent bouleversement
Ultime point sensible
La magie, ça tient à peu de choses parfois
C’est être ici et là-bas
Toujours vivant à la volée

Le merveilleux est partout
Si tu sais le voir…

La lune et l’arbre n’ont jamais fini
De se murmurer les plus beaux serments
Lorsqu’elle veille sur les petits poings fermés
Les yeux clos et les rêves multicolores
Il replie son feuillage pour faire silence
Quand il accueille les plus folles rondes
Dans le secret elle admire les farandoles
Entre chien et loup tous deux reprennent
Leur long conciliabule qu’ils poursuivront
Dans la légèreté de l’aurore naissante

Rencontre fabuleuse
d’un Chat et d’un Renard!
Rien ni personne n’aurait pu dire qu’ils allaient se rencontrer
si ce n’est la lune rousse qui les éclairait dans cette jungle des sentiments.
Et qui a permis que dès leur premier regard, leur cœur s’embrase et ne cesse plus de battre la chamade comme un vol d’hirondelles au Printemps
Il aura suffit d’un seul regard pour que tout soit Magie, Beauté, Amour, Folie
D’un seul clin d’œil, ils se sont compris
Une lettre, un parfum, les voilà enlacés à jamais
Merci La Vie

Le Week-end est trop chargé pour que j’écrive mais ce n’est pas triste : les enfants apportent de la vie à la maison et l’amour est loin d’être absent.
Je vous lirai avec plaisir.

La magie, ça tient à peu de choses parfois
C’est être ici et là-bas
Toujours vivant à la volée

Le merveilleux est partout
Si tu sais le voir…

Merci à vous toutes pour cet échange, j’ai été très touchée par ce texte collectif!
Par ordre d’apparition Phoenixs, Plume Bleue, Eclaircie, Marjo, Elisa et à nouveau PlumeBleue pour ses mots d’ouverture

De mémoire , inventer l’automne

Inventer l’automne
Quand tout est mémoire
Le cri des engoulevents au crépuscule
La douceur des ululements
La lumière complice de la lune.
Inventer les couleurs
Tant de fois partagées…
Le crissement imaginé d’une plume
Le sourire dans une voix.
Les feuilles cèdent au vent et à la pluie
Je résiste encore au temps qui sépare à jamais de juillet
Demain, je m’enroulerai dans les brouillards blancs
Leurs silences bienfaisants apaiseront les miens.
Elisa
****
En chaussons et tutu, sur les pointes
La coiffe chargée de fruits
Et le vent pour toute scène,
L’automne par petits entrechats
Sautille entre les arbres charmés
Puis se lance dans des arabesques
Vertigineuses et colorées.
Les branches la porte aux nues
Et dans un frisson de plaisir
La danseuse entraîne les feuilles
Dans un dernier ballet
Et s’allonge ocre et dorée sur la terre humide.
Eclaircie
****
Entre moissons et vendanges,
Tout s’effeuille
Dans la mémoire qui brûle.

C’est le temps des grandes migrations
Les oiseaux ont appris la longueur des jours
Plient bagage avant la cisaille du premier frimas.
Sous les cuivres rutilants
Les méditations solitaires se lient
Aux murmures des feuilles jonchées
Et, dans la chevelure rousse des arbres,
Leurs soeurs vacillent avant la sentence.

La grâce éthérée d’un tourbillon d’or
Cache l’orbe des regrets.
L’âme s’épanche
Au plus profond de l’obscur
Ballet étrange et cyclique
Où les pas glissent vers l’imprudence des jours.

Dans l’harmonie des métamorphoses,
Sous les apprêts flamboyants de l’automne
La toile des silences est propice à tous les désordres.
Ainsi, nous ébranle la mélancolie.

Plume bleue

****

Feuille de route,

Effacer l’homme du paysage
Gommer ses paroles interminables
Dégoulinantes sur les murs défraîchis
Les écorces rongées par l’acide des gestes
Les eaux secrètes vomies des turbines
Oublier son passage dans les saisons amères
Les chutes vertigineuses
Les ruines craquées aux jointures
Ce serait comme inventer l’automne
Sans l’hiver dans ses veines…
****

Aujourd’hui
Tout bouge
A la Boutique des 4 Saisons !
Le Bas est en haut,
Le Haut est en bas.
Tout est Chamboulé.
C’est l’Automne, Architecte de la Vie
Qui vient transformer son Palais.

Mettez un peu d’Eau
C’est important pour bien pousser.
Rajoutez une note de ton orangé
Ça fait du bien à l’humeur et au teint.
Imprégnez-vous de la Terre, des Arbres
Et prenez le temps de regarder, de respirer.
Les oiseaux nous gazouillent un concert
Avant de se réfugier dans leur duvet.

L’Automne l’a dit
Maintenant c’est décidé
Fini la grisaille
Automne rime avec
Couleurs Multicolores,
avec Rires Sonores,
avec Joie d’Exister
Alors, prenons-nous par la main pour faire une ronde tout autour du Monde et
Dansons La Vie

Marjolaine

Ces plumes au vent ne pouvaient que danser sur une note de vie.

Feuilles des contre-allées

Derrière la page le clapotis de l’eau blanche

Le silence des oiseaux

Feuilles d’automne qui peut-être s’envoleront

Quand l’hiver couvrira de gel

Les belles branches des forêts irréelles.

Un ciel laiteux de jour comme de nuit

Et la lune, si lasse qu’elle s’endort dans un nid

Oublié, comme le rêve inabouti d’un lendemain plus clair.

Derrière la page, la pluie tombe

Inlassable, méthodique, cruelle.

De nouveaux jours se lèvent qui succèdent aux anciens

Semblables et pourtant différents

Livides et graves.

Derrière la page, que tourneront bien, un matin ou un soir,

Les bourrasques fantastiques de nos premières années

Insouciantes, sur toutes les rives, même celles du temps,

Derrière elle, malgré tout, un sol nouveau se dessinera

Celui d’une terre fertile aux couleurs inconnues.

……………………

De l’océan,

Reviennent les vagues soupirs

Du bel été consumé.

Pans de sable, derniers remparts

vestiges d’innocents conquérants

Abritent ce peu d’insouciance

Qui nous file entre les doigts.

Septembre fait sa rentrée,

Ecoliers livrés aux marées d’encre,

Emotions débordantes sur papier buvard

Et desseins sur papier Canson, qui sait ?

A l’école de la vie

Tant de matières nous transpercent.

Dans l’air du temps, le spleen automnal

Dénudera tout sans compromis.

En d’impromptus jardins, s’uniront

Le silence des statues

L’inéluctable regret des choses mortes.

……………….

Oui oui ! J’ai bien entendu tout ce que tu m’as dit.

T’inquiète pas Petit !

Allons ! Il est temps !

Qu’as-tu fait de ton Histoire ?

 

Encore une heure, un jour, une seconde…

Tout s’égrène, tout se construit aussi…

Selon les pas qui nous mènent par de-ci, par de-là !

 

Tu vois,

On choisit sa vie et les habits qui sont devenus trop petits,

On accepte de s’en séparer ou pas ?!… ça prend du temps parfois…

Grandir c’est ça aussi:

C’est faire le choix de tourner une page

pour voir au fond de soi

Dans la sagesse du Passage

La Page Blanche qu’on écrira, de Notre Passage Accompagné,

 

Alors Petit

Maintenant que tu as repris des forces

Tiens ! Attrape ! Je t’envoie le chapitre dernier

Te voilà libre désormais

d’orienter ta lecture comme il te plaira

 

Dans cette Danse du Temps, t’es devenu grand ! 

………………….

Tourner la page sans se retourner

Tord le coup bas

A la mémoire capricieuse

Aller venir dans les corridors

Froids pourquoi ?

Quels que soient la porte ou le soupirail

Les courants d’air grippent

Grincent passent sans un regard

Sur ton chemin de crois

Amnésique qui pleure

Des rivages secs…

…………………

Rectos et versos se mêlent et se marient.

On ne sait plus dans le livre de sa propre vie

Où se trouvent hier, demain ni même aujourd’hui

Les mains incapables de saisir l’instant

De fixer la feuille, la retenir ou simplement la tourner

L’enfant alors, dans un complet veston

Joue à la marelle autour d’arbres frêles et deux fois millénaires

Les fruits deviennent fleurs et les fleurs bourgeons

Jusqu’au geste du grand magicien :

Les pages et les jours adoptent alors le rythme du vent. 

………………….

De l’autre côté du versant,

Nul besoin de se hâter

Pour sauter les palissandres.

Laisser le sort ensemencer toute lisière

Essorer l’inutile des baluchons,

Et, au crépuscule des traversées,

Tourner la page en douceur.

 

Dans le vent chantant qui bercent  les feuilles…Présentes dans les contre-allées :

Elisa, Kiproko, Marjolaine, Phoenix, Eclaircie, Kiproko.

 

De rues en boulevards

Boulevard de la rime,

 

Au bout de l’asphalte

Un terrain vague

Rivage cobalt

Haleine tag

Sur les murs sueurs

D’urbains mécaniques

Le noir couleur

Grise l’ironique

Destin des impasses

Crasses

~~~~

Bien que rien

ne les prédestinaient à se rencontrer,

Le bon ordre des choses fut bien vite chamboulé

Un matin d’été, où tout s’entremêla…

 

Je m’en vais vous le conter si tôt

 

Dans le quartier de Rues,

tout le monde s’agitait

était pressé, courait sans cesse,

Un seul mot d’ordre importait: travailler,

gagner toujours plus de pièces, rien d’autres ne comptait

 

Dans le quartier de Boulevards,

tout le monde se prélassait

respirait, se regardait,

Un seul mot d’ordre importait: se regarder encore,

faire partie de la fête et parEtre le plus beau

 

Tout aurait pu continuer ainsi à jamais en deux mondes parallèles,

sans ces deux  jeunes souris qui

Un beau matin d’été décidèrent de quitter un instant Boulevards et son théâtre

pour venir rencontrer Rues et ses pavés! Et Vice versa! Et partager!

 

Ce qu’il en  sortit?

Un matin de Fraternité retrouvé

Où chacun comprit enfin

l’importance de Rues et Boulevards rassemblés

 

Ne jouant ainsi plus que dans une seule respiration, où

toutes  les pièces à gagner et celles à gagner à voir et à applaudir appartenaient à un seul et même lieux: ENTRE RUES et BOULEVARDS…  CRÉATION

~~~

….Entre rues et boulevards

….La nuit, néons racoleurs  rouges

….Une femme, de ses longs ciseaux noirs,

….Découpe le macadam

….Nomade urbaine des passages non protégés

….C’est une part d’humanité dans un angle mort

 Entre rues et boulevards

….Derrière les façades

….Des rêves croulent à tous les étages

….Pour les voyageurs sans bagages

….Et personne ne connaît la fin de leur chute

….Entre rues et boulevards

….L’ombre s’efface avant le petit jour

….Le chemin de l’exil est le même

 Tout le reste est impasse

~~~

À l’ombre des tours généreuses

Les rues préservent leurs secrets

Le soupirail abritant la nuit

L’empreinte des passants pressés

Et cet embryon de verdure qui résiste

Quand les boulevards n’ont d’autre choix

Que la forme longiligne

Le carrefour parfait et l’arbre ciselé

Mais aucun ne sait le nombre de pas

Ni l’éventail des mots

Que l’on déploie pour appeler les portes à s’ouvrir

Et les fenêtres à sourire dès l’aube de chaque matin

~~~~

 

« Entre rues et boulevards » sous tous les angles de vue.

Mis en images par : Phoenixs, Marjolaine, Kiproko et Éclaircie.

Élisa présente depuis son jardin, silencieuse.

4z pour toujours à nos côtés.