Historique de l'auteur : Éclaircie

Falbalala

***

Falbalala

.

Sur la musique noire sans dentelles

Elle promène ses jambes estivales

En bande

Agitée d’ornementales boucles

Sonnantes et trébuchantes

Elle passe

Sous les yeux teintés des ombres

Que les affaires affairent

Dure

La foule de moiteur et pacotille

Brasse l’air empalé

Gluant

Nos guirlandes lourdes nous achèvent

Au pied du sapin de bitume.

***

À la falabrak fabrique

de la vie

je suis allée

ici et là

.

Où j’ai entendu une chorale

qui chantait en Face

dans une Eglise

au bord de la mer

.

Toutes les dames

de sortie pour l’occasion

avaient de magnifiques falbalas

et discutaient des possibles changements en disant:

« mais oui, avec des Si

tout est permis »

.

et c’est comme cela que

Miss Falbala a quitté son village gaulois

en marchant sur les chemins enSoleillé pour découvrir le vaste monde

en fredonnant une mélodie en fa qui l’a conduite jusque Là

où on peut la rencontrer aujourd’hui.

***

Danse petite, danse

Les couleurs de tes robes

Eclaboussent la scène

Le crépuscule te jalouse les rubans

Ondoyant à tes pieds

Le vent te voudrait nue

Tu lui offres hélices et spirales

Sous les teintes pastel ou criardes

S’essouffle le gris, se dissout le noir

Guenilles d’un temps passé

Pacotille ne voilant jamais l’essentiel

Danse petite, danse, libre et rayonnante

***

Les rubans dans les mains de

Phoenixs, Marjolaine, Éclaircie

Le beau titre appartient à Phoenixs

Élisa parmi les spectateurs

4z savoure les demi teintes, silencieux mais présent.

Chant de rêveuses

J’ai pris

la poudre d’escampette

pour ne pas avoir

à retrouver la

clé des champs

enfouie, saperlipopette,

je le sais bien,

sous une botte de foin.

J’ai préféré

courir à perdre haleine

Direction

La LIBERTE

Depuis, toutes les portes

se sont ouvertes.

A présent,

je nage dans le bonheur

des clés de toutes les connaissances

redécouvertes et partagées …

dans le monde entier.

****

Clef de sol,

Pour s’envoler des champs

De l’épouvantail à grimaces

Ignoré de la limace

Comme de l’oiseau moqueur

Déchirer les serrures sans trou

Aux portes énigmatiques

Bordées de riens

Et sur la portée s’emporter léger

Au fil de la note cousue main

Sans retouches…

*

J’ai raté le coche, le trousseau bien trop lourd, le nombre de portes closes sans serrure infini –ou je n’ai pas su les voir- Il y avait tant de fenêtre sur le vide que je n’ai jamais osé passer.

Le ciel n’a pas ces barrières mais il m’a rejeté, prétextant que la légèreté n’est pas l’apanage du bipède.

Seule la lune en croissant m’a permis, sans permis, de m’asseoir à vos côtés.

*

On navigue en sous-marin

Nous croyant à l’air libre

Depuis la première gorgée douloureuse

Nous ne pouvons savourer la douceur de la brise

Qu’à force de lâcher- prises plus ou moins maîtrisés

Nos bâtiments se frôlent

Certains volent les soirs de lune gibbeuse

D’autres rêvent de grandes traversées

Ensablés sous les parasols d’été

Mais nul n’a trouvé les clés

Ni même la serrure de son propre navire

*

Les interprètes, dans l’ordre de leur apparition : Marjolaine, Phoenixs, Eclaircie et Elisa.

La mise en page : Élisa

À ceux qui lisent – Jean-Claude Barbé

Interrogez le vent qu’il vous donne la preuve

Qu’une flamme est venue se baigner dans le fleuve

Des oiseaux l’auraient vue mais se taisent prudents

D’ailleurs le baobab est leur seul confident

.

Il ne vous dira pas comment naquit l’orage

Qui souleva jusqu’au clocher un attelage

Où il resta pendu ni pourquoi les bateaux

Dès qu’ils ont touché terre imitent les châteaux

Et se font visiter par de belles personnes

Dont plusieurs ont les pieds fourchus on le soupçonne

.

À la gare un convoi de neige est arrivé

Pour vêtir cet hiver nos toits et nos pavés

Éclairer nos maisons nos rues notre église

On confisque leurs vers luisants à ceux qui lisent

.

Le train repart Le sol tremble Tourne la roue

Du bateau Sur le pont est-ce un chien qui s’ébroue

Le mur se bouche un œil puis l’autre et ne voit plus

Que des lueurs le noir n’étant pas absolu

.

Si le ciel se laissait caresser comme un fleuve

Les mains les plus usées seraient de nouveau neuves

On apprivoiserait la foudre et les éclairs

L’avalanche et les pluies chercheraient à nous plaire

En attendant le vent sans laisser de sillage

Fonce tête baissée dans le jour qui voyage

***

Extrait du recueil « Dormir debout, Poésie 1970-1975 » édité en 2010

Les morts rêvent… Jean-Claude Barbé

Les morts rêvent ; ils ont alors le sentiment d’être toujours en vie.

Endormis les vivants se croient morts. À la tête du lit l’oreiller est notre confident – le réceptacle de nos créations miniaturisées, d’un univers infini placé dans un cadre à l’échelle humaine – la coquille vers laquelle se tournent les voix intérieures et les musiques des étoiles quand tourne la manivelle.

Ne cherchons pas, parmi les milliers de clés d’un immense trousseau, celle des songes. Inutile de contrarier les ombres dont l’apparition suscite trop souvent l’effroi : elles passent comme des plis sous la porte fermée.

***

Extrait de « Regards perdus » 2017.

Épistolaire-Jean-Claude Barbé

Vous m’écrivez je ne vis plus

Depuis que le vent périclite

Est-ce à dire qu’en mordant les doigts

À mesure qu’il se rapproche de ses escarpins

Soulagerait cotre cœur pourtant bien décoré

Vous m’écrivez l’inqualifiable embrasure

Me fait tourner la tête vers le sens perdu

Comme si vous retrouviez vos vingt ans et une scie

Dans la boîte aux lettres désopilante

Que l’on a jeté par la fenêtre

Sous prétexte qu’elle défendait sa portée

Contre un photographe devenu muet

À la suite d’un séjour prolongé dans du vinaigre

Vous m’écrivez j’aurais dû vous parler

De la galette qui tourne sur elle-même depuis sa déconfiture

Et du tas de préliminaires cloués au mur

Par l’ennui qui préside aux chutes en deux temps

Et que vous ai-je dit du pois

Qu’il grandissait cela ne suffit pas

Vous m’écrivez et rien de retentit

En moi qu’un fer à repasser

Que l’aumône du sol au pied

Que la citrouille vouée à la maternité radicale

Que l’eau dévissée qui court se cacher

Dans l’acidulé comme le dernier des derniers

Vous m’écrivez désormais

Je ne lirai plus vos lettres

Sont-elles des réponses aux miennes

Ou les miennes après un long périple

Sur une mer qui a perdu la clé de son ressort

Et de ce fait ne brasse plus rien

Hormis de minces rubans

***

extrait de « Hors du sens commun Poésie 1995-2005 » – 2010

L’amour avec des si- Jean-Claude Barbé

Si je tombais à genoux
Devant ton image
Irais-je plus vite à nous
Que par le langage
Deux bras étreignant une ombre
Suffiraient-ils
À tirer d’un regard sombre
Des projectiles

Si les mots pour un moment
Cessaient d’exister
Si tu prenais pour amant
Le plus entêté
Parmi les hommes qui tremblent
Quand tu souris
D’un sourire qui ressemble
À du mépris

Si sous un manteau de neige
Ton cœur est au chaud
Le mien même pris au piège
D’un profond cachot
Montera vers la lumière
Tiré d’en haut
Par une jolie fermière
Comme un seau d’eau

Si le soleil reste encore
À te regarder
Quand se dresse le décor
De la nuit fardée
Entre dans ma chambre et plonge
Au fond du lit
Là les chimères en songe
Se multiplient

***

extrait du recueil « Des vagues » – 2010

Jean-Claude Barbé- Éclairante

Moi Eclairante

Je suis

Fille de l’éclair et de la foudre

Par les nuits d’orage vous me verrez coudre

Mon linceul

Le ciel que je lessive est mon seul

Amour

Regardez-moi tordre les nuages

Pour en extraire le jus

Écoutez-moi chanter les louanges

De la mer qui se met au garde-à-vous

Pour saluer ma couronne et mon sceptre dérisoires

Respirez ma fourrure

dans laquelle se perdent et se heurtent

Les vaisseaux aux ailes de marbre

C’est vrai j’effraie les arbres

Ils se rétractent sous mon regard lubrique

Ils s’envolent à la vue de mes ongles sculptés

Ils deviennent des planches étroites

Entre lesquelles je m’allonge

Pendant l’éternité

Mais l’éternité ne dure que le temps

De presser un citron

Allons

Si l’on doit me voir traire la lune

Que pensera-t-on de moi

Je fais le ménage au paradis

Dieu n’a qu’à bien se tenir

S’il ne veut pas que je l’aspire

Avec la poussière des astres

…extrait du recueil « Des vagues » Poésie 1998-2008

Rosaces et plis ourlés

Depuis des doigts juvéniles ou des mains déformées par le temps

La fine ouvrage s’étale sur le genou

Emerge du fuseau

Jusqu’à masquer le regard en un grillage vil

Quand jamais l’œil ne sera clos

Infatigable à dessiner au-delà des prisons

Rosaces échappées des églises

Sans chaîne ni trame

Non plus d’entrave

Voile devant un soleil impitoyable

Mantille amovible au gré du jour

Reflet projeté dansant sur l’ondulation de la lumière

***
Dentelles de chien,

.

Sous l’orage la pâleur des plis

Ourlés

Les petits soleils tournant

Courts

Les miettes de vagabondages

Égrainés

Par des mains distraites

Les fissures tissées jour à contre-jour

A travers lesquelles

Tu cherches l’araignée taquine

Qui coupera ton fil

Sans un bruit…

***

Un duo Phoenixs/Éclaircie

Tandis sur Marjolaine et Élisa maintiennent le fil, 4z se rit de nos jours.

Souffle

On l’analyse

Comme le cadavre froid d’un autre temps

L’écoute-t-on ?

Il réconforte d’une caresse le vivant qui doute

Joue avec les enfants

Les pousse, les retient, les décoiffe

Jusqu’aux éclats de rire

Il prévient des dangers qu’il a vus par le monde

S’agace de l’inertie, s’arc-boute contre l’idiotie

En vain

Sa colère se déploie. Jusqu’à la furie.

Puis il redevient ce souffle amical et doux

Qui nous reconnaît.

***
Partir au petit trot

Sur les chaussées nues

Le long des vols d’oiseaux

Ensommeillés

Foulées lentes allongées

Sous l’aile blanche du voyageur

Tu retiens ta vie en buée

Légère sous la force du pas

Qui te pousse…

***

Harpe blottie au creux des forêts

Vent d’est ou du nord tantôt léger tantôt violent

La musique se déploie

Souffle ou vibration

Lorsque l’air s’engouffre ou se faufile

 Dans le sentier caillouteux

Sur les grandes avenues

Le ciel aura le dernier mot bien après l’homme

Essoufflé dans sa boulimie

Quand la lune inspirée toujours caressera la mer

***

Petite bulle d’air

prend son envol

lentement

au rythme de son sculpteur

.

Les bulles de savon

quand à elles

prennent un peu de hauteur

avant de finir

leur course folle

dans les mains de petites filles modèles

qui sentent bon le souffle chaud de la bonté

.

et en cette heure bien avancée

où tout est calme et reposé

après la longue farandole dans la diversité ou l’adversité

il est temps de trinquer au verre de l’amitié

en pensant aux souffleurs de rêves

venus de Biot

qui apportent par leur magie

une pause, un  peu de réconfort et de bol

.

Du premier souffle(ur) de la vie

au dernier râle(ur)

tout est énergie

et tout est permis pour le meilleur et le meilleur

comme on dit si bien:

souffler n’est pas jouer

Alors à présent

respirons, soufflons en pleine conscience

et, tous ensemble, tout simplement vivons jouons chaque instant

pleinement dans un souffle d’or,

tu dors?

***

Par les plumes inspirées :

Élisa, Phoenixs, Éclaircie, Marjolaine

Kiproko à portée de voix et 4Z inspirant, à portée de silence.

Ritourn’elles

Cirque à clique,

.

Sur ton petit cheval

Mécanique

Tourne ton avenir rythmé

Par les cymbales ironiques

De ton acmé

Tu parais au fil du tournis

Tantôt sourire

Tantôt grimace

Selon que l’enfant en face

De toi écoute

La grinçante ritournelle

De votre farce.

*

Dans la rue

Un musicien

tourne la manivelle

d’un orgue de barbarie

.

D’une chanson bien connue,

Il fredonne avec ses amis

l’air du refrain de la vie

.

Au même moment

Des enfants

Dansent la tarentelle

Et reprennent à tue-tête

La ritournelle de l’amitié.

*

Elle rit

Elle tourne

Elle envahit les impasses, les avenues

Et les cerveaux

Pris d’une envie de danser

De s’étourdir et de se griser

Leitmotiv des joies

Des enfants, des manants et des amants

Aile accueillante pour les voyages immobiles

Pour le recueillement, le mouvement

Les souvenirs d’avant la vie

Les sourires gravés sur la portée des jours ravis

*

Un mot.

Un mot comme un oiseau, comme un air léger et doux

Qui logerait dans une chambre du cerveau.

Un mot épanoui aux joues roses de plaisir

Qui tournerait en riant sur des chevaux de bois.

Un mot coloré

Qui laisserait sur la langue un goût de friandise

Et sur la peau la fraîcheur d’un soir d’été.

*

Une ritournelle esquissée par Phoenixs, Marjolaine, Éclaircie et Élisa.

Que ces mots parviennent à la sensible et douce Plume Bleue.

4Z n’est jamais loin.