Author Archives: Elisa-R

Bretelles et sexualité

« Cachés dans un trou de chas prisé de tabac gris
Tassés comme les sardines qui font repousser
Les cheveux des fantômes sans argent
Les cinq fils tressent tissent baillent et s’étirent
Pour que la nappe devienne torrent
Sur la soupe sans langue mâchée par des crocs
D’édentés en goguette sur la place publique
Celle là même où les journaux rechignent à s’étaler
Craignant les noces et les bombes pendues aux chapeaux
Mais la modiste habile veille sous sa lampe torche
Les épingles serinent et trépignent loin des machines à découdre
La tapisserie ne sera pas pour les danseurs de saint gui
Revenez hier la peinture est bien trop fraîche
L’huile s’est noyée dans l’eau que les orteils enluminent

L’escargot borgne voit la moitié du funiculaire
Lui passer sous le nez
Grosse déception pour ce sculpteur de glaçons
Préférant l’art au système pileux
Malgré les averses à répétition
Dans les bijouteries approvisionnées en ossements
Par des forgerons épileptiques
Recrutés sur leur bonne conscience
Avec le concours des religieuses dont les skis hantent
Terrains vagues quais déserts et gares désaffectées
Pour y surprendre les autruches
A l’instant où sur leurs hauts talons
Elles inventent le séchoir électrique

Les tomates miaulaient quand le chat rougissait
On entendait au loin le murmure apaisant
De la scie à ruban mordant l’asphalte
Les nuages labouraient l’horizon

La table renversée sur le livre ouvert
Ecornait les ongles de la soupière
Fallait-il que l’on s’aime chantait Charles
Il faut que je fasse régime soupirait Régine

Les heures délicates s’enroulaient
Autour des pylônes et des éoliennes
Faisant ressortir les couleurs de ton tatouage
Et l’été finissait de tendre les ressorts

Cet homme qui dégringole souleva dans sa chute un chapeau
D’où sortit dans le désordre un hérisson,
un tire bouchon et un sac a linge parfumé
Le torchon écartelé qui pendait a sa fenêtre
Se vida de son eau illico
Il détestait ces moments indécents
Ou il était étalé à la vue des pigeons
Le couvreur sautait de toit en toit
Il saisit le chapeau et la gouttière sourit
Elle lui avait prédit un couve chef pour l’hiver
Ainsi parmi les chiens un mandarin boiteux
Harangua les pavés qui en avaient vu d’autres
L’homme n’était pas mort son mouchoir le prouva
Il fut juste englouti par un soupirail affamé

La misère a glissé de son mât
Un vieil arbre un peu mort mais perclus de souhaits
Elle et lui et même eux ont chassé leur ennui
En creusant la piscine dans laquelle nous nageons nous les belles sardines
Hier encore ma jeune sœur riait à l’idée délicieuse de nager toute rose
Mais la science inflexible pousse les fleurs hors des troncs
Alors le mât s’est planté au milieu d’une fête sylvestre de mi-août
Et grand-père est tombé sur les bottes du chat
Pieds dans l’eau nez en l’air la piscine a gelé
Nous avons patiné jusqu’à l’or et des forêts sont nées
La mi-août est passée la boîte s’est refermée
Les sardines rangées ont bien sûr caché toutes les clés

Ont participé, par ordre alphanumérique et seulement alphanumérique:
éclaircie
Elisa-R
4Z2A84
Héliomel
Téquila

Published by Éclaircie, in Plusieurs mains.  »
14 août 2010

4Z, 21 juin 2013 « Il y a des poèmes ».

Il y a des poèmes sur lesquels on flotte, et c’est agréable, surtout lorsqu’un vent léger guide votre embarcation.
Il y a des poèmes dans lesquels on se noie, et c’est navrant pour ceux qui vous aiment de ne plus avoir à supporter votre mauvais caractère et vos sautes d’humeur.
Il y a des poèmes trop riches, des poèmes qui veulent tout dire à la fois et qui fatiguent leurs lecteurs comme ils ont pompé toute l’énergie de leur auteur.
Il y a des poèmes insignifiants. Reposants ? On les lit dans le train entre deux gares. Mais on n’oublie jamais de descendre à destination.
Il y a des poèmes que l’on jetterait comme des mouchoirs en papier si le poids d’un livre n’arrêtait pas notre geste.
Il y a des poèmes écrits avec le sang – d’un autre de préférence au sien car là où le sang apparaît quel ennui !
Il y a des poèmes dont les auteurs ne savent plus qu’ils les ont écrits – ou bien ils les attribuent à d’autres et en vantent les mérites tout en songeant qu’eux-mêmes feraient mieux.
Il y a des poèmes dans le café au lait ou le thé ou la chicorée du matin; on en trouve autant dans le beurre quand on l’étale sur une tranche de pain; le sucre aussi en contient quelques-uns, mais ceux-là fondent trop vite pour être récités jusqu’au bout.

Novembre

Après le bruit des voix (brouhaha), le claquement des talons, le crissement des semelles dans les cailloux et le bruit de la pluie sur tout et tous arrive l’absence, soudaine, lugubre et totale.
Là où le silence n’existait pas il vit. Jusqu’à l’intérieur de nous .
Ni assise, ni debout. Ni présente, ni absente. J’attends, sans attendre.

Fenêtre Morte

 

Le ciel est sur la ville,
Ni bleu ni gris :
Jaune livresque, scénique.
Aux visages urbains,
Des sourires crispés
Comme baignés de lutéine.

Seuls,
L’orage d’une improbable parousie,
La chair malade,
Les murs moqueurs,
Offrent dans l’écartèlement
Pareille nuance.

C’est, à la fois,
Un moment de plane morbidité,
Et de haute jouissance.
Le bon repas des fauves.
Sur leur costume de convives :
Aucune tache.

Peut-être faudrait-il
Quelque lecture pieuse,
Musique de motet
Ou même une chanson paillarde
Pour saisir toute l’orfèvrerie,
D’un tel instinct de vie.

Depuis mon studio en attique,
La main écartant le rideau,
D’un oeil badaud,
J’observe un peuple magnifique.

Quelqu’un m’a vu et dit d’une voix forte :
« Encore une fenêtre morte ».

HENRIPIERRE

Venise

Je regarde ta lettre qui gondole, se plisse et tes mots dilués qui doucement rejoignent des milliers d’autres mots jetés par-dessus bord, dans ces canaux putrides, près des palais-mémoire que la mer a rongés comme le temps notre histoire.

La marée vient lécher le vieil embarcadère aux pontons vermoulus laissant nonchalamment les amarres flotter au milieu des déchets.

L’absence n’est qu’un retard pour qui sait être heureux, disais-tu rayonnant lorsque nous étions deux, quand nous nous confondions aux passants-passerelles sous l’œil goguenard des pigeons de Saint Marc qui délaissant la place s’en retournaient nicher aux creux des doges austères en maculant les toges de fiente délétère.

Au cœur de la Cité, les lions affamés réclament leur pitance, ces viles calomnies que l’on glisse, perfides, dans leurs gueules béantes.

Les boutiquiers exhibent des masques impavides sans regard et sans âme comme peut l’être la mort.Des ombres sibyllines effleurent le décor Dans Venise sanguine la lagune s’endort.

 

Kali

Le satellite

 

.

A mes amis virtuels : Eclaircie, Elisa, Héliomel et Phoenixs.

.

Je suis un satellite et je gravite autour

D’un cœur qui s’est perdu dans l’espace où le coup

De pied d’un footballeur l’a envoyé. Nos rêves

De retourner sur terre et d’y rire avec d’autres

Victimes d’un exil passager, se confondent.

Ce cœur sous un visage étonnamment gracieux

Me transmet par la voie des ondes sa surprise

De me voir lui sourire alors que dépourvu

De traits humains je n’offre à ses yeux qu’une sorte

D’enveloppe ; elle est faite en métaux résistants

Dont la fonction n’est pas a priori de plaire.

Mais en orbite autour d’un organe tout change

Pour un engin construit par l’homme dans le but

De s’espionner lui-même…Avec les mers prend-il

Assez de précautions pour éviter leurs crues ?

On sait déjà qu’il manque à l’égard de ses frères

Les singes, d’affection ; mais pour le bien des ours

Mettra-t-il à l’abri des trappeurs la fourrure ?

Si le réchauffement de la planète oblige

L’individu, afin d’y surseoir, à souffler

Dans des cornes un air glacé, je l’encourage

En le bipant dès l’aube. Il se dresse et se dit :

« Si je me lève tôt c’est pour ma sauvegarde. »…

Une orbite elliptique assure mes pulsions.

Le cœur dont j’ai parlé, le cœur aux joues trop pleines

Pour se priver longtemps d’une pluie de baisers,

Je le courtise avec de tristes arguments

Mais il a deviné, sous ma carlingue, un être

Fait de chair et de sang, comme lui, un pilote

Placé dans un cockpit démodé d’opérette

Par une association d’ingénieurs facétieux.

Nous descendrons du ciel. Une échelle de corde

Flotte au-dessus des mers ; nous nous y agrippons

Et pas à pas, barreau après barreau, nos corps

Transformés et pourvus de nageoires atteignent

La surface d’une eau souriante et docile.

.

Published by , in 4Z2A84.

 

Fleurs fraîches et bouquet d’hier 

Bris de verre et autres petits dégâts familiers,

.

Nous ne savons rien des autres que nous côtoyons

En arrière-vie ils dansent sur les murs

Ombres pleines de vie mais aussi d’illusions

Qui nous accompagnent sans rien pourvoir de plus

Ne rien voir éveille l’imaginaire malade

Qui déconstruit le réel et déforme les sens

Alors du bris de verre collecté nous faisons un drame

Une pluie de sang et de larmes

Et nous tombons comme de lourds pantins

Sur nos chagrins silencieux désarticulés

*

Au sommet du mât une lumière inconnue

Diffuse des reflets comme autant de vagues

À la surface d’un lac sous le vent

Le silence ajoute à l’intensité de l’absence

S’il n’y avait ce balancement régulier

Comme un pas lourd dans le chemin du retour

La lune ose à nouveau traverser l’espace

Certaine cependant que nul ne l’entendra

Le brouillard sait que plus rien n’est à masquer

Seule dans les iris la perle de nuit vit toujours

*

Que sommes-nous ?

Des galets sous les pieds

Pour éclairer nos nuits blanches

Une lune froide dans le ciel muet

Que les nuques raides ne voient plus

Le sens se joue de l’ordre ordinaire

Une forme sombre patiente

Et puis nous, sur le pont d’un bateau

Sans capitaine pour inventer nos récifs

Sans verbe pour dessiner les contours

D’un avenir sans mémoire

*

Quand je ferme les yeux je t’aveugle mon âme
Mon âme est en morceaux
On a cassé la vitre
Et le vent se faufile à travers mes faisceaux
J’étais une trop fraîche fille
Pour m’en tenir à mon piano
Je jouais à la corde
Et sur les cordes d’une lyre
Démodée
Mes doigts glissaient sans dé à coudre
Si je me suis pendue
C’est à ton cou
Non à la poutre
Et mon corps on l’a jeté
Avec tous mes bijoux
Par la fenêtre ouverte sur la nuit
Où veillent les hiboux

(…)

*

Dans l’ordre de réception, d’écriture et de recherche : Phoenixs, Éclaircie, moi-même et 4Z. J’ai choisi la moitié d’un poème écrit par 4Z le 09 mai 2012 à 17h20 en cette maison

Le bol et son visage sur lit de duvet blanc

Balles des fantoches,

 .


Aller, venir au gré des bancs de sardines

La gueule ouverte prête à l'emploi

Enfourner la friture insignifiante

Fiente de l'insigne futilité des nasses

Je danse sur les arêtes jetées à la vague

Flottantes fin d'écailles

Sur ma tête humide grouille l'élite des crabes

En panier d'oseille sans parfum

Et pourtant si malodorante

*

La trotteuse a renoncé

Parcourir le même cercle des minutes durant

Ne l’intéresse pas plus que manger des heures

Lorsqu’à la table aucun convive ne vient s’asseoir

La trotteuse est devenue bavarde

Perchée aux côtés de la girouette

Elle entame de longs palabres avec le vent

Que le jour ouvrant les yeux

Reflète dans toutes les tours désertes

La trotteuse attend des nuits sans dormir

Le temps volé au dormeur involontaire

Pour le lui rendre à l’aube de sa nouvelle saison

*

Nous nous perdons dans la forêt puis dans la foule

Des hallucinations qui surgissent en vrac

On se revoit trempé par de nobles averses

Dont un artiste essaie d’apprivoiser les gammes

Sa partition l’aveugle avec des grains de sable

Et sur son tableau s’égosille un rossignol

Nous sortons de nos corps comme d’une coquille

Où le confort finit par peser – le réveil

Sur un fleuve fougueux est salubre – on dirait

Que l’âme se remplit d’eau pour se prémunir

Contre la soif quand aux arbres succèderont

Le long des voies sans toits le train vif des pylônes

Puis les bornes où sont indiquées les distances

A parcourir jusqu’aux portes d’un au-delà.

***

*

Deux œillets roses au-dessus du nez

Lui-même en peau de parapluie

Une bouche en jardin indocile et sauvage

Des cheveux soleil levant ou lune de midi

Le caractère fidèle bien que fougueux

Ne nécessite aucune longe et se monte sans selle

La silhouette se faufile indifféremment

Entre les lignes du jour et celles de la nuit

Quant à la démarche elle varie sans prévenir

Hier blues nonchalant au refrain bouleversant

Ce matin vague de deux mètres au milieu du néant.

*

4Z absent cette semaine, j'ai choisi un poème de 2015. Il se joint à ceux de Phoenixs, Eclaircie et moi-même, cueillis hier et ce matin.

Marée haute sur le soleil

Le bal des oursons,
*

Dans les feux les fusées

Les ballons les poupées

Les galets les écumes

Les roues volent

Retombent

Eteints

Sur les oursons à terre

Au pied des manque d’air

Des soleils retournés

Dans l’orbite soufflée

De notre pâle univers…

*
Les ciseaux virevoltent autour des cheveux
S’y agrippent les mordent comme furieux
Immobile le sujet ferme les yeux
Conscient de ce qui est et de ce qui n’est pas
Pas ici pas tout de suite
Les rats qui trottinent au frais
Dans leurs galeries si sombres
La métamorphose des ciseaux en volatiles
Qui fuiront dans un fracas de plumes

Dès qu’une porte s’ouvrira

Et quelque chose d’autre qu’il a vu
De l’autre côté des paupières closes
Quelque chose de beau
Qui s’est envolé de sa mémoire
*
Naissance d’une source au milieu de la nuit :

On l’entend dire un mot

Le premier mot du livre

Que nul ne lit les yeux ouverts…

La rue s’enorgueillit de ses commerçants

La vallée de ses cours d’eau

Les deux se regardent de loin

Comme des ennemies pacifiques.

Les navires à l’ancre au port ruent d’impatience

Le soleil les appelle en vain

Et son couchant cherche à les éviter.

Ma fenêtre me quitte en emportant les dernières lueurs du jour

Déracinée la lumière s’adonne à tous les jeux dangereux

Loin de moi.

*

Sur le chemin de terre à l’abri sous les pierres

Les poissons attendent la grande marée

Leurs écailles séchées par le soleil des années

Renvoient aux alentours des éclats de lumière

Que les arbres la nuit  rassemblent en faisceaux

Dont ils tissent les brins pour éloigner la peur

Quand devenus humus ou bien encore fossiles

Ils ne porteront plus l’espoir de parchemins

La mer retient son souffle et calme ses élans

Elle accueille en son sein de nos rêves les chants

*

Ces mots étaient là ce matin, peut-être même hier : ma tête est restée au jardin, oubliée entre le lierre et les pivoines. Dans l’ordre se sont posés (sur la branche insoumise d’un églantier) ceux de Phoenixs, Elisa,  4Z et Eclaircie…enfin, il me semble.

***

De la mare à la mer

Au commencement était la grenouille,

Qui coassait et multipliait son chant
Au son des lucioles aveuglées
Par leur propre derrière qui les conduisait devant
Devant quoi ?
La mare était obscure
Les joncs épais bouchaient la vue
Les chouettes myopes hululaient en vain
Contre le voile léger du bois
Et grouillant aux abois les rats et les papillons de nuit
Couraient en vrac dans les épines
Rouges du sang des marmottes
*

L’océan ne connait pas le monde
Il roule et s’enroule sous le ciel impassible
Ou tourmenté qui jamais ne lui laisse entendre
Que le vent très loin des falaises
Il ignore les trains les forêts les ponts et les sommets
Pressent les torrents les rivières et les fleuves
Ma voix jamais ne l’atteint
Et lorsque mon regard se porte à l’horizon
Je l’aime ainsi lointain mouvant fier
Infini et se prêtant à toutes mes lectures
*
Le fer donne au temps l’éternité
Le regard aspiré par l’infini et ses étoiles
Libère le corps de la pluie et du froid
Qui l’entravaient
Les voitures peuvent le frôler
Comme elles le font chaque jour
En mouvements pendulaires automatiques
Il ne les sent plus. Il ne les voit plus.
Exposé aux yeux de tous
Il sombre peu à peu dans l’eau glaciale et muette
D’une rivière citadine et fantôme
*
L’hiver le souvenir de la neige et des luges

L’hiver ne dura pas plus d’un jour cette année

La mer ne jugeant pas les flocons dangereux

Chaque vague avalait sa part de papillons

Comme nous déjeunions d’avoine pour grandir

Venu du port l’appel des bateaux en partance

Attirait voyageurs clandestins et badauds

Mon ombre se moquait de moi quand sur les quais

Je cherchais parmi les colis le coffre plein

D’îles de gros poissons de sirènes et d’algues

Aurais-je été surpris d’y trouver des montagnes

Avec à leur sommet des neiges éternelles

Du large on rapportait de tout même du temps

Ce temps qui se perdrait si nous ne rêvions pas.
*
Quatre voix ou des milliers, douze mains ou peut-être huit, des yeux en quantité non négligeable (il faut compter ceux du ciel nocturne et ceux du bouillon) et puis des mots, à entendre.
J’ai l’honneur de partager ce vendredi avec Phoenixs, Eclaircie et 4Z qui clôture cette publication avec un poème de 2015.